Quand le bois devient cRAKŬ…

L’originalité de mes créations repose sur la texture, que j’ai baptisé cRAKŬ, en clin d’œil au craquelé du RAKU des céramistes.

Je réalise des formes épurées, par tournage et/ou sculpture, que je travaille ensuite au feu, créant ainsi les craquelures, avant de les mettre en couleur.

Toute ma démarche s’inscrit dans une approche éco-responsable, notamment en transformant le pin cembro, essence de bois poussant dans les montagnes où je vis et qui, seule, craque ainsi.

L’atelier est labellisé Valeurs Parc par le Parc naturel régional du Queyras, mon bois certifié (PEFC et Bois des Alpes).

Mon travail s’appuie sur le contraste. Le cRAKŬ est une texture forte que j’aime associer à des parties lisses ou ajourées, jouant ainsi entre opacité et lumière, lisse et craquelé, pleins et vides, et aussi polychromie.

Travaillant en taille directe, je recherche l’équilibre et l’harmonie entre ces dissonances, de la surface jusqu’au cœur de la matière.

  • Dirigeante Madame Natacha Heitz